Le concert recomposé

 

Il y a l’attente. Puis l’impatience. Le travail solitaire, dans les partitions. Vient le temps de l’espoir et du doute. Garder le premier et résister au second. Enfin, de nouveau, le chemin tant espéré de la salle de concert. Pour tout dire, le bonheur d’être ensemble et de partager des moments exceptionnels sur scène. Voilà la raison d’être du festival La Dolce Volta.

Si la vocation d’un artiste est d’être devant son auditoire, la vocation d’un éditeur, d’un producteur est de soutenir les talents qui l’émerveillent et auxquels il croit par dessus tout. La passion et le risque demeurent indissociables. La première se vit, le second s’assume.

Ceux que nous nous réjouissons d’entendre les samedi 4 et dimanche 5 décembre 2021, représentent aujourd’hui l’esprit de La Dolce Volta. Ils sont entrés depuis peu dans une carrière internationale ou bien la mènent depuis longtemps. Ils appartiennent à des générations différentes et bien que leurs personnalités, leurs répertoires soient parfois éloignés les uns des autres, ils ont imaginé ces programmes qu’ils ressentent au plus profond de leur âme et de leur cœur.

Ce festival, acte de résistance d’une année si particulière, est un moment privilégié que nous espérons partager à vos côtés.

Accueil

Théo Fouchenneret, piano
Adrien La Marca, alto

15H00

Samedi 4 décembre 2021, 15h00

Expériences sonores inattendues avec ce duo qui nous raconte le romantisme de Berlioz, le ballet amoureux de Prokofiev, la sensualité d’un tango, l’âme de l’Europe centrale dans une chanson de Dvorak, mais aussi les mélodies de Canteloube et de Massenet, la nostalgie d’une bohème… L’alto, cet instrument de la confession magistralement joué par Adrien La Marca peut aussi suggérer l’orchestre et la danse. Il entoure de sa chaleur, l’immense Sonate Hammerklavier de Beethoven, d’une force vitale comme le reconnaît le pianiste Théo Fouchenneret.

Détails et programmeRéserver
Quatuor Hermes

Quatuor Hermès

17H00

Samedi 4 décembre 2021, 17h00

Au cœur du premier romantisme, le Quatuor La Jeune fille et la mort de Schubert s’apparente à un drame sans parole. Terrible confession d’un compositeur en quête de reconnaissance.
Avec Schumann, c’est bien davantage la passion qui se révèle dans un quatuor à la dimension orchestrale. Considéré comme l’une des grandes formations actuelles, le Quatuor Hermès relie ces deux univers sonores aux sentiments les plus contradictoires et qui pressentent les chefs-d’œuvre à venir, au crépuscule du 19e siècle.

Détails et programmeRéserver
Orchestre metz-2

Orchestre national de Metz, David Reiland
Geoffroy Couteau, piano
Philippe Cassard, piano
Amaury Coeytaux, violon

20H30

Samedi 4 décembre 2021, 20h30

Amaury Coeytaux et Geoffroy Couteau ouvrent le concert avec la Sonate pour violon et piano n°3 de Brahms. Une œuvre aussi virtuose que passionnée. Puis nous quittons la musique de chambre pour la Ballade pour piano et orchestre de Fauré sous les doigts de Philippe Cassard accompagné par l’Orchestre national de Metz dirigé par David Reiland. S’agit-il d’une fantaisie, d’un poème symphonique avec piano, d’une rhapsodie, d’un concerto ? Chacun se fera son idée à l’écoute de cette musique si raffinée et au charme inouï. C’est avec Geoffroy Couteau que s’achève la soirée. Le soliste poursuit l’aventure extraordinaire de son intégrale Brahms avec le Premier Concerto pour piano du compositeur. Ce chef-d’œuvre dérouta le public de Leipzig venu assister à la création : on lui avait promis une partition grandiose et voilà qu’il entendait une sorte de symphonie avec piano ! Pour autant, la partition s’est imposée comme l’un des piliers du répertoire concertant du 19e siècle.

Détails et programmeRéserver
David Grimal / Dolce Volta

David Grimal, violon
Itamar Golan, piano

11H30

Dimanche 5 décembre 2021, 11h30

Il faut un sacré tempérament et posséder une virtuosité exceptionnelle pour traverser ainsi, un demi-siècle presque d’un romantisme à son apogée. Le programme interprété par David Grimal et Itamar Golan évoque, successivement, la musique tzigane et espagnole, mais aussi la douceur rêveuse d’un poème, l’esprit d’improvisation et la découverte de nouveaux mondes sonores. Ce sont des pages au sommet de l’écriture violonistique, au cœur de l’Europe la plus raffinée.

Détails et programmeRéserver
Olivier Latry / Philharmonie de Paris / Dolce Volta

Olivier Latry, orgue
ORGUE MOBILE « GULLIVER » HENRI-FRANCK BEAUPÉRIN

16H00

Dimanche 5 décembre 2021, 16h00

Olivier Latry, l’un des grands organistes d’aujourd’hui, titulaire des orgues de Notre-Dame de Paris a imaginé ce programme de Bach à Widor en passant par Liszt : de l’orgue baroque, ce « jeu de l’esprit et de la sagesse », à la magnificence de l’orgue symphonique. Les mutations de l’orgue, l’évocation parfois de l’orchestre, la quête permanente de nouvelles sonorités se renouvellent sans cesse sous les doigts de l’interprète. Comment ne pas succomber à la grandeur et à la tendresse mêlées de ces pages flamboyantes ?

Détails et ProgrammeRéserver
Dana&Philippe

Dana Ciocarlie, Philippe Katerine,
Julie Depardieu, Astrig Siranossian

18H00

Dimanche 5 décembre 2021, 18h00

Rencontres, croisements, superpositions, et accords… les invités de Dana Ciocarlie délivrent à leur façon, les mêmes envies : la fantaisie, l’humour, la tendresse et la légèreté qui n’est pas antonyme de profondeur. Quand le verbe de Julie Depardieu et de Philippe Katerine croise des musiciens aussi disponibles et ouverts à toutes les expériences, cela provoque ces « Bubbles » enchantées. Une succession d’étonnements à goûter sans modération.

Détails et ProgrammeRéserver